Pierre Jacob dresse son bilan de session

La réduction des heures d’ouverture aux frontières et la fermeture annoncée de la ferme expérimentale de Frelighsburg sont les deux dossiers qui ont retenu l’attention du député de Brome-Missisquoi, Pierre Jacob. Ce dernier, en compagnie de ses collègues Pierre-Luc Dusseault (Sherbrooke), François Choquette (Drummond) et Jean Rousseau (Compton-Stanstead), a dressé le bilan de la session parlementaire qui vient de se clore.

Même si les heures d’ouverture de certains postes frontaliers ont été réduites le 1er avril 2011, le dossier est demeuré dans l’actualité. Le député néo-démocrate de Brome-Missisquoi a critiqué plus d’une fois la décision des conservateurs. «Le gouvernement nuira aux entreprises, en plus de mettre en péril la sécurité des Canadiens. Tout ça pour quoi? Pour des économies de bouts de chandelle. C’est contre-productif», dit Pierre Jacob, par voie de communiqué.

Celui qui a célébré sa première année de députation le 2 mai dernier a aussi dénoncé la fermeture prochaine de la ferme expérimentale de Frelighsburg, un centre de recherche spécialisée, notamment, dans la pomme. «C’est une coupe insensée, d’autant plus que les recherches qui y étaient effectuées aidaient concrètement nos agriculteurs à améliorer leurs pratiques et leur rendement», affirme Pierre Jacob.

Le projet d’éoliennes américaines près de Stanstead, l’expulsion d’Alberto Castro, un Sherbrookois d’origine colombienne et la fermeture de l’abattoir Levinoff-Colbex ont retenu l’attention de Pierre-Luc Dusseault, François Choquette et Jean Rousseau.

Évidemment, les quatre députés reviennent sur la clôture de l’actuelle session parlementaire, session qui s’est soldée par un marathon de votes sur les amendements de la loi conservatrice C-38 qui a duré plus de 22 heures. «Ce fut un marathon épuisant, mais je crois que c’était nécessaire de la faire pour alerter la population sur ce que les conservateurs étaient en train de faire. Leur arrogance est allée jusqu’à refuser tous les amendements proposés par l’opposition», dit Pierre-Luc Dusseault.

L’abandon du Protocole de Kyoto au Canada, l’âge de la retraite qui passe de 65 à 67 ans et un resserrement de l’assurance-emploi sont quelques-uns des points de la loi C-38.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments