Québec investit 9,6 M$ dans un projet de 100 M$ à Bromont, montagne d’expériences

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Québec investit 9,6 M$ dans un projet de 100 M$ à Bromont, montagne d’expériences
Bromont, montagne d'expériences poursuit son développement. (Photo : Journal Le Guide - Stéphanie Mac Farlane)

TOURISME. Bromont, montagne d’expériences (BME) pourra aller de l’avant avec la seconde phase de son projet Altitude, grâce à un investissement de plus de 75 M$, incluant une aide gouvernementale de 9,6 M$. À terme, plus de 100 M$ seront investis à la station touristique, environ 200 unités d’hébergement seront construites et des activités quatre saisons seront ajoutées.

L’aide financière non remboursable de 9,6 M$ du gouvernement a été annoncée, jeudi après-midi, par la ministre du Tourisme, Julie Boulet. Cette subvention sera investie dans la deuxième phase du plan de développement de BME.

Ce volet vise, notamment, à agrandir et moderniser les infrastructures d’accueil et d’accès à la montagne, le développement de la montagne et l’ajout de nouvelles activités permettant d’enrichir l’offre quatre saisons, a expliqué la ministre Boulet.

Plus précisément, 58,8 M$ seront dépensés dans la montagne pour optimiser les aires de restauration, l’espace du service à la clientèle et les autres services commerciaux. Un espace public multifonctionnel sera aménagé. De plus, les aires de circulation et de stationnement seront révisées.

BME dépensera aussi 50 M$ pour construire environ 200 unités d’hébergement avec cuisinette pouvant accueillir, chacune, quatre personnes, au pied des pentes. Celles-ci devraient être accessibles dès mai 2025.

Les travaux de construction permettront de créer 740 emplois, tandis que BME estime pouvoir créer 240 emplois à la station touristique, dont 19 à temps plein. Actuellement, plus de 1300 personnes sont à l’emploi de BME. La ministre Julie Boulet mentionne que les recettes fiscales liées à la construction sont évaluées à 7,3 M$. À compter de 2025, les recettes fiscales récurrentes s’élèveront à environ 4,5 M$ annuellement.

Opération séduction

Avec cette nouvelle offre en hébergement, Charles Désourdy, le président de BME vise précisément la clientèle ontarienne, qui est friande de séjours d’une durée de trois à quatre jours.

«En Ontario, il y a plus de skieurs qu’au Québec et ils n’ont pas de montagne. À Bromont, on n’a peut-être pas la hauteur, mais on a la dimension. Pour les Ontariens, c’est une très grosse montagne et on veut surtout les attirer l’hiver», indique Charles Désourdy.

Ce dernier mentionne qu’actuellement, environ 500 abonnés de BME proviennent de l’Ontario. «On veut en accueillir 1000 par jour, mais ça prend de l’hébergement. Les Ontariens privilégient beaucoup les cuisinettes. Ils voyagent en famille, font leur épicerie [et cuisinent]. Ils ne veulent pas de la chambre standard d’hôtel», explique M. Désourdy.

Il ajoute que BME a mandaté une firme pour évaluer si l’implantation d’un hôtel au pied des pentes est une option rentable à envisager. «Sinon, on irait plus vers un condotel ou des condos, mais on veut du court terme», précise l’homme d’affaires. Une fois les conclusions reçues à l’automne prochain, BME pourra s’entendre avec un partenaire hôtelier.

Bromont, montagne d’expériences projette également d’aménager de nouvelles activités en montagne pour combler les attentes diverses des visiteurs ontariens. Des projets de tyrolienne, de patinoire réfrigérée, de glissades sur tube et de sentiers pédestres sont dans l’air. «On est en train d’étudier ce qu’on peut faire. […] L’idée, c’est d’accueillir des gens pendant trois ou quatre jours et qui veulent faire autre chose que juste du ski», enchaîne Charles Désourdy.

Augmentation

À terme, BME prévoit augmenter son achalandage de 37 % pour accueillir 300 000 nouveaux visiteurs, répartis sur les quatre saisons, d’ici la fin de 2025. De ce nombre, 200 000 devraient provenir de l’Ontario. BME reçoit actuellement près de 800 000 visiteurs par année.

«En ce moment, on accueille entre 5000 et 6000 personnes de jour. On veut augmenter de 1000 personnes par jour. Ce n’est pas une grosse augmentation, mais ça prend de l’hébergement», dit Charles Désourdy, en faisant référence à son projet de 200 nouvelles unités. Ces nouvelles visites dans la région généreraient des dépenses touristiques de plus de 31 M$, selon BME.

Charles Désourdy soutient que son entreprise va travailler avec la Ville de Bromont pour réduire les répercussions sur le trafic et notamment revoir la configuration du boulevard Bromont. «L’axe du boulevard sera modifié pour accueillir plus de gens. Le problème, c’est le samedi de 14h à 17h avec nos clients de ski de soirée qui arrivent. On s’en vient avec un nouvel abonnement bientôt pour essayer de désengorger [la période] de 15h», mentionne M. Désourdy.

Rappelons qu’en avril, BME avait investi 25,1 M$ dans la première phase de ce projet. Cette somme, dont 13 M$ proviennent du gouvernement du Québec, sert à remplacer la principale remontée, à augmenter la capacité d’enneigement du site et à construire un chalet au sommet de la montagne.  

Faits saillants

Valeur totale du projet : plus de 100 M$;

Aide financière de Québec : 22,6 M$;

Hausse de l’achalandage prévue : 300 000 personnes, soit une augmentation de 37 %;

Hausse prévue des retombées économiques : 31 M$;

240 emplois créés à la station touristique;

Environ 200 unités d’hébergement construites.

Partager cet article