Un ­Bromontois lève son chapeau aux employés de l’aréna

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Un ­Bromontois lève son chapeau aux employés de l’aréna
Gilbert Vachon, entouré de Francis Turgeon, Stéphane Dagenais, Audrey Jacob et Jacinthe Blanchette, des employés de l’aréna. (Photo : (Photo: Gracieuseté))

COMMUNAUTÉ. Un ­Bromontois, ­Gilbert ­Vachon, a tenu à remercier publiquement des employés de l’aréna de sa municipalité pour lui être venu en aide à la suite d’une chute il y a quelques semaines.

« J’ai 62 ans, indique M. Vachon. Ça faisait 22 ans que je n’avais pas touché à une paire de patins. Quand je les ai mis, je me suis pris pour un gars dans la vingtaine ! »

« Je leur souhaite le meilleur. Humblement, merci à eux ! »
– Gilbert ­Vachon

Il est malencontreusement tombé en freinant et en tentant d’éviter de se fracasser la tête, il a amorti sa chute sur son poignet.

Mal en point et croyant que son bras était cassé, mais toujours en mesure de se déplacer, il s’est rendu du côté du ­pro-shop afin que des employés lui prêtent assistance.

« J’ai tout de suite été pris en charge, raconte M. Vachon. Je leur lève mon chapeau. Au salaire qu’ils gagnent, ils font leur possible. Un avait une formation de premiers soins, ça a aidé. Les deux filles ont retiré mes patins, un des gars a mis de la glace sur mon enflure. »

Francis ­Turgeon, ­Stéphane ­Dagenais, ­Audrey ­Jacob et ­Jacinthe ­Blanchette l’ont aidé à apaiser l’enflure de son poignet et lui ont posé une attelle pour immobiliser son bras.

Audrey l’a par la suite transporté ­elle-même à l’hôpital ­Brome-Missisquoi-Perkins à ­Cowansville pour qu’il reçoive les soins appropriés.

« ­Elle m’a dit que j’avais le visage pâle et gris et que ce n’était pas une bonne idée que j’aille seul à l’hôpital, raconte M. Vachon. J’étais sûrement en état de choc sans le savoir. Elle est entrée au centre hospitalier avec moi, m’a montré où se trouvait le triage. »

Gilbert Vachon a également souligné l’excellent travail des employés de l’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins, où il s’est rendu après sa mésaventure.

« Ce sont des anges, déclare-t-il. Ils sont tellement bons ! Je me sentais dans un cinq étoiles ! »

« À l’hôpital, j’ai vu plusieurs enfants qui étaient là avec un virus respiratoire, ajoute-t-il. Je me sentais coupable dans un sens de prendre une place là-bas. »

M. Vachon a aussi indiqué qu’il souhaiterait que plus d’employés détiennent une formation pour pouvoir venir en aide plus efficacement aux personnes qui se blessent.

« Ils n’ont pas tous une formation en premiers soins, affirme-t-il. Ce serait l’idéal parce qu’ils travaillent beaucoup dans le public. Ce serait peut-être une belle occasion pour la Ville d’en former plus. Les employés m’expliquait qu’il y avait un, deux ou parfois même trois accidents par semaine. Ça aide aux ambulanciers quand ils arrivent. »

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments