Un nouveau balado 100 % Cantons-de-l’Est

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Un nouveau balado 100 % Cantons-de-l’Est
Le créateur du balado, Jules Dumontet, avec à sa droite, Sébastien Gagnon de la Brasserie Dunham. (Photo : Gracieuseté)

BALADO. Jules Dumontet, un résident de Frelighsburg, a lancé tout récemment un nouveau balado visant à mettre en lumière les talents et les gens de la région, Tête à tête des Cantons.

Diffusés dès la fin de l’année 2019, déjà cinq épisodes sont en ligne à l’heure actuelle.

«C’est un projet 100 % personnel, financé par moi-même, a-t-il expliqué. C’est mon objectif de rencontrer le monde de la région qui fait des projets originaux qui font que la région est dynamique. Moi, j’ai grandi ici, je trouve que c’est une belle région.»

Jules Dumontet, diplômé en communications, tente de faire découvrir des entrepreneurs et des artistes de la région provenant de toutes les sphères.

«Autant des entrepreneurs que des artistes, j’essaie d’avoir du monde qui fait des trucs que je trouve intéressants. Par exemple, aujourd’hui, je vais voir la fille qui a L’Archipel, à Cowansville. Demain, je vais être avec le propriétaire du Beat et Betteraves, à Frelighsburg. J’ai fait le fermier Jean-Martin Fortier, Sébastien Gagnon de la Brasserie Dunham, Gabriel Choinière qui a décidé de devenir agriculture.»

La popularité des balados est sans contredit grandissante.

«C’est une formule podcast d’environ une heure où on discute de tout et de rien. Ce que je trouve cool du podcast, c’est que c’est quelque chose que j’écoute en faisant autre chose. Tu peux faire plein de trucs en même temps, de l’exercice, de la bouffe, du char. C’est un format qui est de plus en plus populaire au Québec. Dans le coin, je pense pas mal être le seul à en faire.»

Expérience

Jules Dumontet a travaillé pendant quelque temps comme recherchiste dans la région de Montréal avant de retourner dans son patelin.

«J’ai œuvré dans ce milieu-là un peu si on veut. J’ai été recherchiste pour une émission de télé, plus comme stage. Quand j’ai complété mon bac en communications, j’ai voulu revenir m’installer en région et essayer de trouver un emploi dans ce milieu-là. Je me suis dit que je n’allais pas attendre d’avoir quelque chose avant de faire mon propre truc. Ce podcast-là me trottait dans la tête. En parlant avec mon boss, à la Brasserie, Sébastien [Gagnon], lui, son histoire est intéressante.»

Déjà, son balado commence à être de plus en plus populaire.

«Je commence à avoir des gens qui viennent me voir pour vérifier si j’ai de l’intérêt. Des entrepreneurs, des artistes, des musiciens, il y en a vraiment beaucoup dans la région. Je pense que c’est un projet qui est en constante évolution et qui est loin d’être fini en fait.»

Le balado est disponible sur Spotify, Google Play, SoundCloud, YouTube et sur BaladoQuébec.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments