Un nouveau toit pour les victimes de violence conjugale à Cowansville

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Un nouveau toit pour les victimes de violence conjugale à Cowansville
Horizon pour elle peut héberger simultanément jusqu’à 15 femmes et enfants victimes de violence conjugale. Les services sont offerts en français et en anglais. (Photo : DepositPhotos)

SOCIÉTÉ. L’organisme Horizon pour elle, qui vient en aide aux femmes et aux enfants victimes de violence conjugale dans Brome-Missisquoi, planche sur un important projet : la construction d’une nouvelle maison à Cowansville. Dans le meilleur des scénarios, le nouveau milieu de vie accueillerait ses premières bénéficiaires en 2019.

L’actuelle maison d’Horizon pour elle, située à Cowansville, date de 1982. Au fil des ans, divers réaménagements ont été réalisés pour subvenir aux besoins des femmes et des enfants aidés. Mais le bâtiment existant a atteint ses limites. «Ce n’est plus viable comme ça. C’est une question de sécurité pour les gens qui y vivent», mentionne Sylvie Charbonneau, présidente du conseil d’administration d’Horizon pour elle. Cette dernière fait notamment référence aux exigences du Code national des incendies et à celles du Code du bâtiment.

En outre, les intervenantes doivent oeuvrer dans des espaces restreints et peu adaptés pour préserver la confidentialité des rencontres qu’elles y tiennent. «La maison est petite. Il y a peu de bureaux où les intervenantes peuvent rencontrer les femmes. Il y a beaucoup de promiscuité», poursuit Mme Charbonneau.

Le conseil d’administration a analysé l’option d’agrandir à nouveau l’actuel bâtiment, mais les espaces de stationnement auraient dû être sacrifiés. Les administrateurs ont finalement opté pour la construction d’un nouveau bâtiment à un nouvel emplacement.

Nombreux avantages

La nouvelle maison permettra d’assurer plus de confidentialité et plus d’intimité aux femmes et aux enfants. «Elle sera plus confortable pour la clientèle qui y séjourne et celle qui vient pour les services externes», enchaîne Mme Charbonneau. L’actuelle résidence compte sept chambres. La nouvelle construction, dont les plans ne sont pas encore dessinés, permettra un aménagement plus flexible afin de mieux répondre aux besoins. L’idée de chambres concomitantes, pouvant accueillir de grandes fratries, est notamment dans l’air.

Le nombre de personnes pouvant être hébergées demeurera le même. Le permis d’Horizon pour elle, délivré par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), lui permet de loger un maximum de 15 individus (femmes et enfants) à la fois.

L’organisme souhaite aussi rendre accessibles ses locaux pour les personnes à mobilité réduite, mentionne Sylvie Charbonneau. Elle ajoute que les aires communes pourraient être suffisamment dégagées afin qu’un fauteuil roulant puisse y circuler aisément. Au moins une chambre pourrait aussi être aménagée pour répondre aux besoins d’une personne à mobilité réduite.

Enfin, outre des bureaux, l’organisme rêve d’avoir un espace de rencontre suffisamment grand pour ne plus être obligé de louer des locaux à l’externe lors de réunion ou de formation, souligne Cathie Sombret, coordonnatrice d’Horizon pour elle.

Long processus

L’organisme travaille sur ce projet de déménagement depuis trois ans. Horizon pour elle complète actuellement ses démarches pour acquérir un terrain à Cowansville. Les études de capacité portante et de contamination ont été réalisées. L’emplacement de celui-ci est gardé confidentiel pour des raisons de sécurité. Soulignons qu’Horizon pour elle bénéficiera d’une réduction du prix du terrain grâce à la générosité du vendeur.

Des démarches sont effectuées afin d’obtenir des subventions auprès de la Société d’habitation du Québec et de son programme AccèsLogis, ainsi qu’auprès de différents partenaires, dont la Caisse Desjardins, et des donateurs privés. Une campagne de financement, visant à amasser 100 000 $, sera également lancée dans les prochains mois pour financer une partie du projet.

À ce stade-ci, il est difficile pour le conseil d’administration de chiffrer le coût total du projet puisque les plans d’architecture ne sont pas encore élaborés et qu’aucune soumission n’a été demandée auprès d’entrepreneurs.

«C’est sûr que c’est un projet de plusieurs centaines de milliers de dollars. Si on regarde une maison unifamiliale standard neuve, c’est difficile d’avoir quelque chose de bien à moins de 300 000 $. C’est certain que ce n’est pas en bas de ce montant», croit Sylvie Charbonneau. Une fois les services transférés à la nouvelle résidence, Horizon pour elle aimerait vendre l’actuelle bâtisse afin de réduire la facture finale.

S’il est difficile de prévoir un échéancier précis, les administrateurs projettent le début de la construction au printemps ou à l’été 2019 pour accueillir la clientèle au courant de 2019, précise la présidente.

Partager cet article