Vélodrome couvert du CNCB: la campagne de financement roule bien

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Vélodrome couvert du CNCB: la campagne de financement roule bien
Le directeur général du Centre national de cyclisme de Bromont, Nicolas Legault, photographié dans l'actuel ovale, qui laissera place à un tout nouveau vélodrome intérieur d'ici 2020. (Photo : (Photo: Journal Le Guide-Archives))

INFRASTRUCTURES. Environ six semaines après son lancement, la campagne de financement visant à réunir 500 000 $ pour la concrétisation du futur vélodrome couvert du Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB) a déjà franchi la barre des 50 000$.

«Je pense qu’on est sur une bonne lancée. C’est un très bon début», se réjouit le directeur général du CNCB, Nicolas Legault. Si les personnes ayant jusqu’ici pris part à l’effort collectif sont surtout reliées au monde du cyclisme, le gestionnaire fait appel à «Monsieur et Madame Tout-le-monde».

Les futures installations, qui comprennent notamment six plateaux sportifs différents, bénéficieront à l’entièreté de la population bromontoise en plus de profiter aux sportifs résidant bien au-delà des frontières de la municipalité, rappelle-t-il: «C’est important pour nous que le projet soit porté par la communauté et que chacun puisse y participer».

En plus de reçus fiscaux émis pour les dons de 25 $ et plus, des forfaits sont offerts pour les contributions allant de 40 $ à 20 000 $. Les donateurs peuvent ainsi profiter, en contrepartie de leur soutien financier, de forfaits pour le moins variés.

«On peut acheter un banc dans le vélodrome, être le premier à rouler sur le vélodrome, on peut même être le premier à se marier dans le vélodrome! […] C’est très cocasse, mais on n’a un mariage à vendre et on ne sait jamais, quelqu’un pourrait être intéressé par ça. Il n’est pas encore vendu», précise le directeur en riant. Un entraînement le cycliste Hugo Barrette fait également partie de la liste.

Un comité de levée de fonds a récemment été mis sur pied et s’active à trouver les sommes manquantes dans le domaine privé; des appels seront d’ailleurs lancés sous peu aux partenaires, clients et amis du CNCB.  «Ils ont probablement en tête de donner, mais c’est souvent lorsqu’on reçoit un petit coup de fil que ça déclenche le processus. Le message que je voudrais lancer aux gens, c’est de ne pas attendre cet appel-là s’ils se sentent interpelés par le dossier», lance M. Legault.

2,5 millions $ à dénicher

Le gouvernement provincial s’est engagé, en août dernier, à investir  4,5 millions $ (soit 50 % du montant total estimé) dans les nouvelles infrastructures. Environ 20 % du montant total requis était à ce moment déjà amassé par le CNCB, tandis que la Ville de Bromont avait déjà confirmé son intention d’injecter deux millions $ dans le projet pour lequel se démène M. Legault depuis plusieurs années.

Tous comptes faits, ce sont donc 2,5 millions $, en plus des 500 000 $ visés par la campagne de socio-financement, qu’il faudra encore dénicher. Des discussions sont actuellement en cours afin que des donateurs majeurs s’ajoutent au montage financier.

«On a des bonnes nouvelles qui s’en viennent dans le volet des commanditaires. On a plusieurs partenaires qui ont démontré de l’intérêt de nous supporter. Il y a un bon plan qui est fait pour les 2,5 millions $», assure Nicolas Legault, qui espère avoir de bonnes nouvelles à annoncer au début de 2019.

Si le budget est bouclé d’ici là, le CNBC espère pouvoir effectuer la première pelletée de terre en septembre prochain, l’actuel ovale, utilisé pour les jeux olympiques d’Atlanta en 1996, étant considéré «en fin de vie». Une première évaluation aura lieu en avril afin d’analyser où en est la récolte; cette dernière pourrait influer sur l’échéancier. «Dans tous les cas, il va y en avoir un, un vélodrome», garantit l’instigateur du projet.

Les personnes intéressées à contribuer à la campagne ou à obtenir davantage d’information peuvent consulter le www.velodromebromont.ca.

Partager cet article