Andréanne Larouche mise sur la protection de l’eau

Andréanne Larouche mise sur la protection de l’eau

La candidate péquiste Andréanne Larouche, devant le Lac Selby, à Dunham

Crédit photo : Journal Le Guide – Xavier Demers

ENVIRONNEMENT. La candidate du Parti québécois, Andréanne Larouche, a dévoilé ses engagements en matière d’environnement, en ce qui à trait à l’eau, lors d’une conférence de presse aux abords du lac Selby, le 14 septembre.

Elle a affirmé qu’un gouvernement du Parti québécois reverrait la Politique nationale de l’eau pour affirmer le caractère collectif de la ressource et en garantir la protection.

«On sait que les villes de Brome-Missisquoi s’alimentent en eau et en renforçant les dispositions de la loi, on peut réussir à améliorer la qualité de l’eau puisqu’on sait qu’il y a beaucoup de sources d’eau qui sont vulnérables», a déclaré Mme Larouche.

La péquiste souhaite également assurer une surveillance des nappes d’eau souterraines, puisqu’une récente étude prouve que leur niveau baisse dans la région, selon Mme Larouche.

«On veut justement poursuivre le Programme d’acquisition de connaissance des eaux souterraines. On veut aussi évaluer la vulnérabilité des nappes phréatiques dans notre région. On veut que les gens reconnaissent que les sources souterraines sont irremplaçables. Il y a des règlements sur le prélèvement des eaux et pour la protection qui peuvent être mis en place », a soutenu la candidate du PQ.

Andréanne Larouche désire par ailleurs donner plus de pouvoirs aux municipalités, en leur redonnant la capacité d’augmenter les distances séparatrices entre les sources d’eau et les activités nuisibles en bordure et en leur permettant de mettre en place des programmes de rétribution des services environnementaux.

Lac Selby

Mme Larouche était accompagné de membres du conseil d’administration de l’Association pour la protection de l’environnement du lac Selby (APELS), qui a travaillé pour améliorer la qualité de l’eau du lac.

«La bataille contre les cyanobactéries a été marquée par les efforts constants et répétés de citoyens, appuyés par la Ville, a affirmé la candidate. Grâce à cette initiative citoyenne, on a pu revitaliser les berges, ramasser les détritus, mettre en place des corvées avec des étudiants et des riverains, planter des arbres et des arbustes et râcler la boue pour améliorer la qualité du lac.»

Le ministère de l’Environnement s’occupait auparavant de faire des analyses d’eau. Maintenant, les analyses se font aux frais des organismes et le gouvernement ne fait plus d’analyses pour les cyanobactéries, a expliqué le trésorier de l’APELS, Gilles Nadeau.

«Il y a un travail à faire avec les élus, les citoyens, les MRC pour voir quelles sommes vont aller où et qui s’occupera de quoi, a affirmé Andréanne Larouche. On veut accompagner les citoyens là-dedans, avec du financement.»

Transport en commun

Andréanne Larouche a également souligné qu’elle veut développer le transport en commun dans Brome-Missisquoi, soit par train ou par autobus. Selon les données du recensement de 2016, ce sont que 1 % des citoyens de Brome-Missisquoi qui utilisent le transport en commun pour le travail.

«On voit que la demande croît et dans un territoire aussi vaste, il y a de gros défis, a soutenu la candidate. Avec le projet de train entre Sherbrooke et Montréal, il va falloir aussi organiser le service de navettes. Je pense qu’on est rendus là.»