Andréanne Larouche veut que se concrétise le Lab-École de Shefford

Andréanne Larouche veut que se concrétise le Lab-École de Shefford

Andréanne Larouche a rencontré les médias dans un parc de Shefford, à deux pas du lieu où devrait être érigé le Lab-École promis par les libéraux de Philippe Couillard.

Crédit photo : (Photo: Journal Le Guide-Roxanne Langlois)

POLITIQUE PROVINCIALE. Bien que le projet découle du gouvernement libéral de Philippe Couillard, la candidate péquiste dans Brome-Missisquoi, Andréanne Larouche, s’engage, si elle est élue le premier octobre prochain, à garder sur les rails le futur projet d’aménagement du Lab-École de Shefford.

La politicienne a convoqué, vendredi après-midi, la presse locale dans un parc à proximité du lieu où sera érigée la future «école de demain» afin d’aborder le thème de l’éducation. Celle qui désire «faire de la politique autrement» en a déjà discuté avec son chef Jean-François Lisée: pas question de remettre en doute l’initiative annoncée en juin, qui devrait voir le jour à l’angle du chemin Saxby Sud et de la rue Paquette.

Le sujet a d’ailleurs été soulevé par de nombreux Sheffordois et Sheffordoises venus à sa rencontre dans le cadre de sa campagne, leur municipalité ne comptant actuellement toujours pas d’école primaire. «Quand il y a des idées comme celle-là, à un moment donné, ce n’est pas une question de partisannerie politique. Les projets qui sont bons pour une communauté, on ne les laissera pas tomber même s’ils ne viennent pas de notre parti», a-t-elle lancé en conférence de presse. Cette nouvelle école est prévue d’ici 2021.

«On croit vraiment qu’il faut favoriser notre école publique, favoriser l’égalité des chances et on veut en faire un enjeu national, une priorité», ajoute-t-elle. La candidate rencontrera d’ailleurs, au cours des prochains jours, le président de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin, afin de discuter avec lui des différents enjeux importants du territoire.

Plus de professionnels et des écoles adéquates

Pour Andréanne Larouche, le manque de spécialistes pour soutenir les enseignants en classe et aider les élèves ayant des besoins particuliers constitue un problème criant qu’il est prioritaire d’adresser. «Je m’en fais beaucoup, beaucoup, parler», lance la péquiste, qui précise que le Parti québécois (PQ) souhaite instaurer un seuil garanti de services professionnels directement dispensés aux élèves.

Cette dernière a également rappelé que l’équipe Lisée entend adopter le projet de loi Bouclier visant à protéger les budgets en éducation afin d’éviter d’éventuelles coupures: «On ne veut plus que les périodes d’austérité aient un impact sur les investissements dans notre système d’éducation».

La détérioration des établissements scolaires dans Brome-Misssisquoi constitue une autre préoccupation majeure de la péquiste, qui a pris acte de la récente évaluation de l’état physique des écoles  faite par le ministère de l’Éducation. «On a du pain sur la planche […]. Il y a encore beaucoup d’écoles qui sont cotés ”mauvais” ou ”très mauvais”», déplore-t-elle.

Selon une compilation effectuée par son équipe, l’Académie de Knowlton, l’école primaire de Waterloo ainsi que l’école Heroes Memorial de Cowansville sont classées E (très mauvais). Neuf autres écoles primaires ou secondaires du comté récoltent un D (mauvais).

Or, celle-ci rappelle que le PQ souhaite injecter 30 millions $ supplémentaires pour les rénovations dans les établissements scolaires de la province; la part qui serait dédiée aux établissements de Brome-Missisquoi n’est toutefois pas chiffrée.

Plusieurs solutions

Selon Mme Larouche, de nombreuses avenues sont également proposées par le PQ afin de contrer les problématiques vécues actuellement par le corps professoral et les enfants. Favoriser la formation professionnelle déjà en place dans les écoles secondaires, faciliter l’accès des moins de 20 ans à ce type de formation et offrir aux enseignants le matériel nécessaire afin qu’ils puissent mener à bien leur mission en font partie.

La péquiste a également tenu à préciser que sa formation politique compte concrètement lutter contre l’analphabétisme et l’illettrisme.