Chronique Pneus d’hiver

Chronique Pneus d’hiver

Même si cela ne fait pas l’affaire de tous, l’hiver est à nos portes. Plusieurs régions du Québec ont déjà reçu de la neige et il est temps de penser à ses pneus d’hiver.  Mais avant de faire un achat, il faut se poser la question : De quel genre de pneus d’hiver ai-je besoin ?. Il existe en fait trois sortes de pneu d’hiver qui vont de pair avec votre conduite. Si vous habitez en région et que vous devez constamment conduire dans de la neige plus ou moins épaisse, il vous faut un pneu à neige avec une empreinte plus agressive qui va mordre dans la neige. Si vous habitez en ville et que vous roules la plupart du temps sur des routes dégagées, il vous faut un pneu à glace qui contient plusieurs petites lamelles qui contribuent à évacuées l’eau de la surface de la glace. Finalement, si vous avez un véhicule plus performant, il vous faut des pneus d’hiver performants.

Mais au fait, avez-vous besoin de nouveaux pneus ?

La réponse sera oui si l’épaisseur de la semelle du pneu est moins de 5 millimètres, ou 6/32e de pouce pour faire compliquer. La loi exige un minimum de 1,6 millimètre, ou 2/32e de pouce pour qu’un pneu soit encore considéré comme légal, mais si vous avez si peu de semelle avant le début de l’hiver, sachez que vous risquez très rapidement de glisser un peu partout sur la chaussée et votre protection va rapidement se réduire à une peau de chagrin. C’est pour cette raison que nous recommandons un minimum de 5 mm pour être en mesure de passer à travers l’hiver. De manière générale, un bon jeu de pneus vous donnera trois saisons de bonnes performances, ensuite, il faudra songer à mettre 4 nouveaux pneus.

Les catégories de pneus d’hiver

Au-delà de la nécessité, il faut savoir ce que vous allez installez et c’est ici que commence le casse-tête. Il existe une quantité impressionnante de marques de pneus sur le marché et on perd très rapidement le fil conducteur dans cet univers peu familier. Il faut d’abord faire l’inventaire de ses besoins et savoir quelle utilisation sera faite des pneus qui seront notre principale source de sécurité. Il existe tout d’abord différente catégorie de prix.

  • Les bons marchés

Au cours de la dernière décennie, les fabricants de pneus chinois ont pris la planète d’assaut. En Amérique du nord ce sont près de 50% de tous les pneus vendus qui sont fabriques en Chine. Toutefois, cela ne veut pas dire que les pneus chinois sont mauvais. Plusieurs grandes marques comme Michelin et Goodyear possèdent des usines au pays du soleil levant et construisent des pneus de qualité. Dans le pneu, la qualité est en général en lien direct avec le prix payé. Les pneus à rabais qui proviennent en général de la Chine ne sont pas plus dangereux que les autres pneus, mais la qualité générale du produit est moins bonne. Un pneu plus mou, moins performant et avec des rainures moins profondes qui va faire en sorte que l’usure sera plus rapide. Leur achat est à la rigueur justifié si on a besoin de pneus pour un an, voire deux. Il faut savoir que près de 90% des concessionnaires automobiles achètent beaucoup de ces pneus pour les offrir en promotion à l’automne avec l’achat ou la location d’un véhicule

  • Les modèles intermédiaires

Pour ceux qui n’ont pas un budget qui leur permet l’achat d’un pneu de grande marque, mais veulent une bonne sécurité, il existe un entre deux. Bon nombre de grand fabricant possède des marques dite «bon marché». Ainsi Michelin est aussi propriétaire de B.F.Goodrich ou Bridgestone qui détient Firestone. Les marques de renom offrent aussi des produits un peu plus bas de gamme ou certaine marques comme General se spécialise dans le marché de masse. Le prix payé demeure toujours votre meilleur indice de qualité

  • Les grandes marques

Arrivent ensuite les grands noms comme Nokian, Bridgestone, Michelin, Yokohama, Pirelli Vredestein ou Dunlop qui offrent des produits haut de gamme enrobé de technologie particulière comme les coquilles de noix chez Toyo ou les fameuses lamelles que Michelin a mise de l’avant avec les pneus à glace. Maintenant que vous avez décidé combien vous allez payer vos quatre pneus, il faut savoir ce que vous allez en faire. Commencez par déterminer le nombre de kilomètres que vous allez parcourir. Si vous êtes en mesure de vous permettre de demeurer à la maison lorsque les conditions routières ne sont pas idéales, vous pouvez vous tourner vers un pneu de bonne qualité, mais offert à prix plus abordable.

En contrepartie, si vous devez vous déplacez peu importe le climat, il devient important d’investir en conséquence. Parmi les pneus qui reviennent toujours dans le haut de tous les palmarès on retrouve toujours le Bridgestone Blizzak WS 80 et le Nokian Hakkapelitta R2. Plus dispendieux, ces pneus assurent une traction optimale autant dans la neige que sur la glace. Le Michelin X-Ice3, le Continental Winter Contact SI et les Gislaved Nord Frost et Vredestein wintrac constituent aussi des bons choix. Il faut maintenant savoir comment vous avez les utilisés. Conduisez vous dans la neige sur des surfaces dégagées ou encore glacées. Au-delà de prix, il existe plusieurs sortes de pneus avec des utilisations spécifiques. Pour affronter 90% des situations de l’hiver le pneu à neige conventionnel fera très bien l’affaire. Son empreinte agressive assure une bonne adhérence dans la neige. Il y a aussi un pneu neige et glace, si vous faites beaucoup de ville, pour de la neige durcit. Le meilleur conseil est de consulter un revendeur spécialisé qui saura vous conseiller selon vos besoins. L’utilisation de la voiture, le kilométrage annuel, le type de trajet, le lieu de résidence et le budget. Prenez le temps de poser des questions aux spécialistes pour avoir droit aux meilleurs pneus possibles.

Les garanties supplémentaires

Dans le monde du pneu comme dans celui de l’automobile il existe des garanties supplémentaires et bien des gens se demandent si cela en vaut la peine. Ces garanties hasard de route ne servent en général à rien et attention, même si elle sont dans bien des cas gratuites, il faut lire les petits caractères. Il y a souvent des frais pour changer un pneu qui a crevé ou vous devrez déboursé un montant proportionnel à l’usure du pneu en cas d’incident. Par exemple si vous avez une crevaison et que le pneu est usé à 50% vous devrez débourser 50% de la valeur du pneu de remplacement. Ce n’est finalement pas très utile.

N’oubliez pas

Nous le répétons à chaque année, mais la conduite d’hiver demande une vigilance particulière et il ne faut pas conduire en janvier comme au mois de juillet. On ne peut s’attendre, sur une chaussée glissante ou enneigée, à bénéficier de la même adhérence que sur une chaussée sèche et dégagée, la conduite préventive devient votre meilleur ami. Au-delà du bon pneu d’hiver il faut être vigilant et prudent.

 

 

Poster un Commentaire

avatar