Deux Dunhamiens lancent une gamme de draps responsables grâce à Kickstarter

Deux Dunhamiens lancent une gamme de draps responsables grâce à Kickstarter

Clémence Bienvenu et Lou Faynot ont créé Orly Bed et grâce à leur campagne de sociofinancement, ils pourront produire leur gamme de draps écologiques.

Crédit photo : Journal Le Guide - Stéphanie Mac Farlane

AFFAIRES. Seulement quelques jours après avoir lancé leur campagne sur le site de sociofinancement Kickstarter, les Dunhamiens Clémence Bienvenu et Lou Faynot pouvaient dire «mission accomplie»! Le couple avait recueilli suffisamment de commandes et d’argent pour lancer la production de leur première collection de draps responsables Orly Bed.

Leur campagne de sociofinancement a été lancée le 18 avril. Le 24 avril, l’objectif d’amasser 11 200$ était atteint. «On espérait l’atteindre, mais est-ce qu’on s’y attendait?», relate Clémence Bienvenu, tout sourire. Jusqu’à présent, une cinquantaine de commandes ont été reçues. Les clients proviennent du Québec, des États-Unis, de l’Asie, de l’Australie et de l’Europe, énumère Lou Faynot.

«C’est la chance de Kickstarter. Ça permet de s’ouvrir [sur le monde], de voir où ça marche et de concentrer nos efforts sur ces pays», enchaîne-t-il.

Le duo poursuit sa campagne de sociofinancement jusqu’au 23 mai. Ensuite, la production s’enclenchera et les commandes seront livrées en juin et en juillet.

Pour l’instant, Orly Bed se résume à des taies d’oreiller, des draps-housses et des draps plats, offerts en trois teintes naturelles et dans toutes les grandeurs.

La production est assurée par une entreprise québécoise. Le couple, originaire de la Bourgogne en France, estime qu’une dizaine de personnes participent de près ou de loin au projet. «On est des immigrants, mais on est très fiers de proposer des produits québécois», lance Lou Faynot.

Le couple Bienvenu-Faynot a d’autres projets pour Orly Bed, dont la création d’une boutique en ligne. Le duo réfléchit à sa stratégie future. Il ne cache pas qu’il aimerait vendre ses produits dans certaines boutiques et à des établissements hôteliers.

Technologie responsable

Les draps proposés par le duo sont composés à 70% de fibres de bouleau et à 30% de coton supima. «On utilise la partie du bouleau qui est jetée. C’est la première couche sous l’écorce et elle est non-allergène. De plus, le bouleau est éthique. Il pousse très vite. Le bouleau est très soyeux, il est comme de la soie», énonce Lou Faynot. Ce dernier assure que les bouleaux utilisés à la confection des draps sont issus de forêts renouvelables du Québec et des États-Unis. Quant au coton supima, que les entrepreneurs qualifient «de cachemire du coton», il est cultivé en Californie.

Des nanoparticules d’argent et des huiles essentielles d’arbres à thé sont intégrées dans la fibre. Combinées ensemble, ces deux composantes offrent des propriétés antifongiques et antibactériennes aux draps, explique Lou Faynot. Il ajoute que la fibre de bouleau offre aussi une thermorégulation.

Le couple, établi dans la région depuis un an et demi, précise qu’il n’est pas l’inventeur du procédé. «On utilise et combine des trucs déjà connus», mentionne M. Faynot.

Soucieux de leur environnement – ils en ont fait un mode de vie -, Lou Faynot et Clémence Bienvenu aspiraient à offrir un produit qui leur ressemble.