Deux nouveaux projets artistiques inaugurés au parc D’Arts et de rêve

Deux nouveaux projets artistiques inaugurés au parc D’Arts et de rêve

Les deux nouveaux projets artistiques D’Arts et de rêves sont écologiques et informatifs.

Crédit photo : Journal Le Guide - Archives

SUTTON. Deux nouveaux projets artistiques et mettant en valeur la nature ont récemment pris forme dans le parc culturel D’Arts et de rêves, sis sur la rue Principale Nord à Sutton.

Le projet L’art est dans notre nature, élaboré par les artistes de Zoné vert, un duo formé par Christine Juillard et Michel Bachelet, a été érigé du 30 juin au 14 juillet dernier.

D’Arts et de rêves, un organisme qui soutient les artistes et qui contribue à rendre accessible les arts du cirque, littéraires et visuels à un large public, a obtenu une subvention du Conseil des arts et des lettres du Québec, en partenariat avec le programme de partenariat territorial de la Montérégie-Est, pour réaliser ce projet s’inspirant dans la lignée de l’art environnemental.

L’installation, qui se compose de cinq «bacs sculptures» de différentes formes et de différents volumes, a pour objectif de mettre en valeur des espèces du milieu humide du parc, dont l’asclépiade.

Karina Sasseville, coordonnatrice D’Arts et de rêves, mentionne que ce projet a aussi été réalisé avec l’aide de Corridor appalachien. «Ils ont fait trois visites dans le parc. Ils ont répertorié la zone humide, les animaux et les plantes. Ils nous ont récemment remis un rapport. Notre zone humide est très bien documentée», indique Mme Sasseville, qui la qualifie de richesse.

Outre l’installation artistique de Zoné vert, D’Arts et de rêves mettra en place sous peu des affiches informatives afin que les visiteurs puissent en apprendre davantage sur la zone humide du parc.

Un cocon géant

Le projet de cocon géant, réalisé par l’artiste Paulette Vanier, des Jardins de Cybèle, s’inscrit dans cette même mission d’art écologique informatif. Ce printemps, des saules ont été plantés dans le parc. «Ils poussent, mais ils n’ont pas encore assez poussé pour se rejoindre et former le cocon. C’est de l’art vivant», explique Karina Sasseville.

Quand il sera complètement formé, un banc sera installé à l’intérieur de l’oeuvre sculpturale qui aura un diamètre de 12 pieds. Ensuite, l’organisation n’aura qu’à entretenir le cocon. «Cela deviendra un cocon d’observation. Les deux projets ont la même fonction, [c’est-à-dire] d’observer la nature riche», enchaîne Karina Sasseville.

Outre le fait de partager la même mission, les deux nouveaux projets D’Arts et de rêves sont reliés par une campagne de sociofinancement qui a permis d’amasser 2000 $ pour réaliser le cocon géant.

À Noël dernier, l’organisme a vendu des cartes de Noël réalisées par des artistes de Sutton à l’intérieur desquelles se trouvaient des semences d’asclépiade, qui pousse en milieu humide. L’asclépiade, qui a été malmenée dans les dernières années, est la seule plante où les femelles monarques pondent leurs oeufs. Les citoyens étaient invités à semer ces graines le printemps venu.

Pour Karina Sasseville, il s’agit d’une façon de lever le drapeau rouge sur nos gestes collectifs et de les réparer. «C’est de l’art agréable et c’est dans la nature», conclut-elle.

Le vernissage de ces deux nouveaux projets aura lieu le samedi 21 juillet, de 14h30 à 16h30. Le parc D’Arts et de rêves est situé au 57, rue Principale Nord, à Sutton. Le parc est ouvert du lever au coucher du soleil. Son accès est gratuit.