Du Sénégal à Cowansville: l’abbé Marc Diatta atterrit dans la région

Du Sénégal à Cowansville: l’abbé Marc Diatta atterrit dans la région

Marc Diatta est le nouveau prêtre modérateur à Cowansville.

Crédit photo : Journal Le Guide – Xavier Demers

RELIGION. Arrivé au Québec il y a un an, le nouveau prêtre modérateur des huit paroisses de la région de Cowansville, l’abbé Marc Diatta, a succédé le 1er août à Danik Savaria, qui était ici depuis huit ans. L’homme de 52 ans originaire du Sénégal a un défi de taille, celui de rassembler les communautés du secteur.

Après dix ans comme curé en Provence, M. Diatta a oeuvré comme vicaire paroissial au sein de l’équipe pastorale de la paroisse Cathédrale de Saint-Hyacinthe dans la dernière année. S’il n’avait jamais mis le pied dans la Belle Province avant son arrivée en septembre 2017, M. Diatta avait d’abord été formé par des prêtres québécois dans son Sénégal natal.

«Le diocèse de Ziguinchor en Casamance a des liens de coopération avec celui de Saint-Hyacinthe, a expliqué l’abbé. Pendant longtemps, ils ont été là-bas. Cette année, ça fera 50 ans de coopération. En premier, c’était les Québécois qui étaient chez nous et j’ai d’ailleurs profité de leur formation. Ce fut une grande joie pour moi de savoir que je suis sur les traces de pionniers. Le père Ménard de Cowansville habitait dans la même maison. Qui aurait cru que j’allais venir dans le presbytère où il est resté?»

Comment s’est passé son accueil au Québec et à Cowansville? Très bien, à en croire ses dires.

«Je suis atterri ici pour me présenter à la communauté et ça s’est très bien passé, a-t-il déclaré. Je leur ai exprimé toute ma joie de les accompagner dans leur foi. Je ne veux pas changer quoi que ce soit, mais apporter mon expérience, partager avec eux et voir avec eux comment on peut aller plus loin dans la connaissance dans la joie de vivre.»

La surprise a été vive cependant à son premier hiver, l’an passé.

«Au niveau climatique, je ne mesurais pas l’ampleur. Je savais qu’il y avait de la neige, mais pas à ce point! C’était effrayant, comme vous dites!», a affirmé M. Diatta, en riant.

Le rôle de prêtre modérateur est celui de leader de l’équipe des huit paroisses, qui couvrent Abercorn, Cowansville, Dunham, Frelighsburg, Lac-Brome, Sutton et Brigham.

Défi de recrutement

La relève chez les prêtres se fait de plus en plus rare au Québec, d’où la raison de l’Église catholique de faire du recrutement à l’extérieur de la province.

«Avant il y avait un prêtre dans pratiquement chacune des paroisses, maintenant, c’est fini. À 52, je suis très jeune! Celui qui vient d’être ordonné est plus âgé que moi. Il y a une pénurie de prêtres.»

Il faut donc repenser l’organisation au sein même de l’Église, selon lui.

«La tâche est énorme. Il faut travailler autrement, avec les laïcs et les civils. Chacun peut apporter sa pierre de contribution dans la construction de la maison de Dieu et la communauté.»