Québec solidaire: Alexandre Legault dévoile ses engagements en transport

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Québec solidaire: Alexandre Legault dévoile ses engagements en transport
Alexandre Legault était à l’Autoparc 74, à Bromont, cet avant-midi, pour présenter ce qu’il compte faire en matière de transport en commun dans la région. (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

AUTOBUS. Le candidat de Québec solidaire dans Brome-Missisquoi, Alexandre Legault, veut développer le réseau de transport en commun, avec entre autres la nationalisation du transport interrégional et l’ajout de lignes à l’intérieur même de la circonscription.

«Ici, tout est à faire, a affirmé M. Legault. La demande est en hausse année après année, mais les ressources ne suivent pas. Il faut investir massivement pour mettre un réseau de transport collectif dans la région digne de ce nom.»

Alexandre Legault rappelle également que la ligne entre Sutton et Montréal a été coupée récemment. Il souhaite la remettre sur pied d’ici l’été prochain.

«En 1h30-2h, en partant de Sutton, tu es arrivé à Montréal, en allant chercher aussi des gens à Cowansville et à Farnham. C’est bon pour visiter de la famille à Montréal, aller aux études et aussi pour le tourisme. Ça peut rapporter beaucoup à la région.»

Un rapport a été fait par des étudiants de l’Université de Sherbrooke, qui n’est toutefois pas final. M. Legault affirme que le rapport suggère des lignes entre Bedford et Granby, Sutton et Saint-Jean-sur-Richelieu, Waterloo et Granby ainsi que Bedford et Ange-Gardien.

«Un des gros obstacles en ce moment, c’est qu’il faut réserver par téléphone le Taxibus pour avoir accès au transport en commun. Ce qu’on veut faire, c’est financer une plateforme numérique pour les utilisateurs et la répartition.»

Transport interurbain

Québec solidaire souhaite créer une société d’État, l’Agence du transport interurbain, qui aurait le mandat de mettre sur pied un système de transport partout sur le territoire québécois.

«Ça se ferait à partir des réseaux déjà existants en rachetant les actifs des compagnies privées, comme Limocar ici. On pense que le système a montré ses limites. Ces entreprises-là sont fortement subventionnées et sont quand même incapables d’offrir des services accessibles au niveau du prix.»

L’Agence du transport interurbain débuterait avec une enveloppe de 2G $, selon Québec solidaire.

Covoiturage

Alexandre Legault veut par ailleurs financer une plateforme numérique pour le covoiturage.

«Il y a des petits sites de covoiturage, mais le problème, c’est que c’est dispersé. Ça prend une plateforme qui va mailler le transport interurbain, le transport régional et le covoiturage.»

Partager cet article