Un mineur abattu par la SQ à Lac-Brome

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Un mineur abattu par la SQ à Lac-Brome
(Photo : Journal Le Guide - Stéphanie Mac Farlane)

FAIT DIVERS. Une intervention policière à Lac-Brome s’est soldée par la mort d’un mineur, dans la nuit de mardi à mercredi. Des enquêteurs du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) ont été dépêchés sur les lieux pour tenter d’éclaircir les événements.

Les policiers ont été appelés vers 1h20, mercredi. Un appel logé au 911 faisait état d’un homme armé dans un lieu public. Selon le BEI, une fois sur place, les policiers auraient localisé l’individu. Celui-ci aurait tenu une arme de poing à la main.

«[Les policiers] auraient tenté de discuter avec lui, en utilisant notamment un haut-parleur. Le civil serait devenu menaçant envers les policiers. Ils auraient alors fait feu et auraient atteint le jeune homme qui est décédé», indique le BEI, dans un communiqué de presse.

Esther Tremblay, la porte-parole du BEI, ne confirme pas l’âge exact de la victime. Elle ne peut préciser si les policiers ont subi des blessures ou ont été transportés au centre hospitalier.

Huit enquêteurs de ce bureau, chargé de faire la lumière sur tout événement au cours duquel un civil est blessé gravement ou mortellement lors d’une intervention policière, sont arrivés à Lac-Brome vers 5h30, mercredi.

Le BEI a confirmé en matinée mercredi que l’arme qui était à la main du suspect était une arme de poing. Des expertises seront effectuées sur l’arme retrouvée sur les lieux afin de déterminer si elle était fonctionnelle.

Dans le cadre de cette enquête, le BEI a aussi fait appel au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Celui-ci a fourni deux techniciens en identité judiciaire. Ils travailleront sous la supervision des enquêteurs du BEI. Ils ont quitté les lieux vers 13h45.

Mercredi matin, un important périmètre avait été érigé sur la route 104, à l’angle des rues Victoria et Tuxen, à Lac-Brome. La circulation locale était déviée. Un sac à dos, divers effets médicaux et ce qui semblait être une arme à feu gisaient dans le stationnement du restaurant de cuisine chinoise et canadienne. Enquêteurs, policiers et techniciens en identité judiciaire arpentaient les lieux.

Voisinage

L’événement a beau être inhabituel pour ce secteur paisible de Lac-Brome, les coups de feu qui ont retenti en plein coeur de la nuit n’ont pas troublé le sommeil des voisins interrogés par le journal Le Guide.

«On s’est levé en voyant tout ça. Avec l’air climatisé, on n’a rien entendu», raconte Jeanne-D’Arc Poissant. Même ses deux chiens ne l’ont pas réveillé. Elle souligne au passage la tranquillité du secteur.

«On regarde ça et on est abasourdi. Avec tout ce qui arrive à Toronto, mais [ici|, c’est un événement isolé», croit Sonia Fréchette. Le terrain des deux femmes était limitrophe au périmètre érigé. Elles étaient, bien malgré elles, témoins de l’enquête policière.

Gérald Marcotte, un autre voisin des lieux du drame, a remarqué les gyrophares des services d’urgence vers 4h, mercredi. Il est sorti à l’extérieur voir ce qu’il se passait, mais un policier l’a gentiment invité à rentrer. «Je pensais qu’il y avait un feu ou un accident», dit-il. Il a eu vent d’une fusillade lorsqu’un policier lui a demandé s’il avait entendu des coups de feu.

Respect

Sur les réseaux sociaux, bon nombre d’internautes appellent au respect et à la compassion, notamment pour la famille de la victime et ses amis. Plusieurs offrent aussi leurs condoléances aux personnes touchées de près ou de loin par les événements. Des rumeurs font état que le jeune homme avait des idées suicidaires. Certains en profitent donc pour rappeler l’importance de demander de l’aide auprès de proches ou encore en communiquant avec la ligne du Centre de prévention du suicide au 1-866-277-3553 (1-866-APPELLE).

La Ville de Lac-Brome a aussi réagi sur les réseaux sociaux. Les membres de l’administration municipale offrent leurs condoléances aux familles et aux proches touchés. «Notre communauté panse ses plaies, et le fait qu’elle ait toujours été tissée serrée l’aidera à traverser cette épreuve», écrit la Ville.



 

Partager cet article