Gouverneurs de Massey-Vanier: toujours l’œil sur le premier rang

Gouverneurs de Massey-Vanier: toujours l’œil sur le premier rang

Benjamin Corbeil (#10) et Joakim Bergeron (#55) continuent d'amasser des points à une vitesse effrénée cette saison chez les juvéniles. Les deux se retrouvent à égalité au sommet des marqueurs avec 50 points en 14 matchs.

Crédit photo : Journal Le Guide - archives

SPORTS. La formation juvénile des Gouverneurs de Massey-Vanier se maintient parmi l’élite de sa division à l’approche de la mi-saison de la Ligue de hockey scolaire masculin juvénile division 1.   

Se préparant à accueillir le Collège Français (8-4-1), jeudi à 14h, la troupe de Patrick Bergeron (12-2) est sur une lancée de quatre victoires consécutives, obtenues par de larges écarts de buts.

Les Gouverneurs n’ont pas connu la défaite depuis le 31 octobre, un revers de 6-5 infligé par De Mortagne (14-1-2), les meneurs. Ces derniers ont toutefois trois matchs en main.

Cet affrontement semble avoir piqué l’équipe. «Ce match-là nous a fouettés, il a ravivé nos bonnes façons de travailler, observe Patrick Bergeron. C’était le premier véritable challenge pour nous, un vrai match de séries qui nous fait avancer comme équipe de hockey. À partir de ce moment, on a vu à quelle vitesse il fallait jouer pour atteindre le championnat.»

Au moment d’écrire ces lignes, lundi, ce ne sont plus trois, mais bien quatre porte-couleurs de Massey-Vanier qui trônent au sommet de la liste des marqueurs. Le premier trio que forment Benjamin Corbeil (50 pts), Joakim Bergeron (50 pts) et Thomas Cusson (35 pts) a de la compagnie.

L’attaquant Samuel Michaud (34 pts) rejoignait ce groupe sélect en vertu d’une récolte de 15 points à ses quatre derniers matchs, tous d’écrasantes victoires des Gouverneurs. Le grand patineur a hérité de précieuses minutes sur la première vague de l’avantage numérique dernièrement. Il s’attire depuis les éloges de son entraîneur. «Il est venu bonifier notre avantage numérique considérablement. On connaissait son talent, on savait qu’il allait sortir de sa gêne. C’est un attaquant qui a beaucoup d’habiletés, un bon coup de patin, de bonnes mains. Il essayait peut-être d’en faire un peu trop auparavant. Il a énormément simplifié sa façon de jouer et il crée beaucoup de choses sur son trio.»

Il ne reste plus que six matchs au calendrier avant la pause des Fêtes. Les joueurs auront certainement encerclé la date du 11 décembre, où ils tenteront de venger leur échec subi aux mains de leurs adversaires au classement, De Mortagne. «On prend les matchs un à la fois, on a de beaux défis qui nous attendent d’ici là, souligne Bergeron. Mais c’est certain que lorsqu’on affrontera De Mortagne, on veut mettre un doute dans leur tête.»

Le cadet sur la bonne voie

Malgré une fiche négative de 5-9 bonne pour le sixième rang de la section Centre, les cadets montrent de belles promesses. «On performe de mieux en mieux contre les bonnes équipes. Les gars sont sur une belle pente de progression, ils travaillent. S’ils continuent de la sorte, il n’y a que de bonnes choses qui peuvent se produire», rappelle Patrick Bergeron.

Dimanche, la jeune formation s’est farci l’une des meilleures de la ligue, le Triolet (12-1-1), en leur infligeant une défaite de 6-2, une première cette année pour l’équipe de Sherbrooke.

Au moment de rédiger, les cadets se préparaient à accueillir Marcel-Landry (6-5-3), en après-midi mardi.