Investissements majeurs chez Exxel Polymers

Investissements majeurs chez Exxel Polymers

Crédit photo : (Photo: Journal Le Guide-Roxanne Langlois)

DÉVELOPPEMENT. Exxel Polymers, qui donne une seconde vie à des rejets de plastique de provenance industrielle, injecte actuellement 2,5 millions $ dans ses installations de Bromont. En plus d’augmenter sa capacité de production d’environ 25 %, cet investissement majeur permettra l’embauche de six à sept nouveaux employés.

Véritable chef de file dans son domaine, la compagnie, qui a célébré en avril dernier ses 15 ans d’existence, ne fait plus qu’acquérir puis revendre des matières post-industrielles: elle les transforme également afin qu’elles puissent être de nouveau utilisées. Par exemple, les retailles du matériel servant à la confection de couches peuvent se métamorphoser, dans les installations d’une seconde usine… en une poubelle!

Mais pour que le tout soit possible, le plastique reçu à l’usine manufacturière-distributrice doit d’abord prendre le chemin de la granulation, c’est-à-dire être réduit en flocons. «En les faisant fondre en état liquide, on est capable de les filtrer et d’enlever les contaminants. C’est donc plus pur», explique le président de l’entreprise, Éric Fradette, en entrevue avec le GranbyExpress.

C’est une quatrième machine similaire à celle-ci qui sera importée d’Autriche l’automne prochain.

Un extrudeur est chargé de cette seconde étape, de laquelle résultent de petites granules ensuite revendues à des mouleurs du Canada et des États-Unis. C’est précisément une quatrième ligne d’extrusion de marque Erema, commandée en Autriche, qui sera ajoutée dans le cadre des présents investissements. La livraison de cette machinerie est prévue pour octobre.

«Ce sont des machines qui nous permettent d’être plus flexibles sur les types de matières que l’on peut traiter. Ça nous permet d’en prendre des plus contaminées», ajoute M. Fradette, qui estime l’équipement d’origine européenne trois fois plus performant que ce qui est conçu en Amérique.
Des membres de l’équipe d’Exxel Polymers se déplaceront d’ailleurs en sol autrichien en septembre afin d’inspecter leur future acquisition, qui fera passer la capacité de production mensuelle de l’usine de 1,5 million de kilogrammes à deux millions. Trois familles de plastique sont principalement traitées : le polyéthylène, le polystyrène  et le polypropylène.

Des mélanges et des analyses

Sept nouveaux silos mélangeurs sont également acquis par l’entreprise du boulevard de l’Aéroport. «On joint l’utile à l’agréable, parce qu’en termes d’espace, on commençait à être un peu serrés», résume le président de la compagnie. En plus de permettre un plus grand entreposage qui libérera de l’espace dans les locaux de 74 000 pieds carrés, ces tours permettent également de brasser les flocons et les granules de résine afin de s’assurer d’une homogénéité optimale. Quatre silos sont déjà installés; trois autres s’ajouteront dans les prochaines semaines.

Quatre des sept nouveaux silos mélangeurs sont déjà installés sur le terrain d’Exxel Polymers, située sur le boulevard de l’Aéroport, à Bromont.

Enfin, des fonds seront également injectés dans le laboratoire d’Exxel Polymers, où l’on fait passer une batterie de tests au plastique, et ce, de la réception à l’expédition en passant évidemment par la transformation. Ces analyses sont l’œuvre d’un technicien en génie chimique et permettent en quelque sorte d’apposer un sceau de qualité au produit final.

«Par exemple, avec une machine, on est capable de dire la composition exacte d’une matière, s’il y a des charges et des contaminants», illustre Éric Fradette, qui précise que le nouveau plastique créé doit évidemment se rapprocher le plus possible de l’original. Exxel Polymers est  la seule entreprise de son domaine à œuvrer de la sorte en recherche et développement.

Les investissements actuels porteront à près de 40 le nombre d’employés en poste. Ce sont des manœuvres, des opérateurs et des techniciens en génie chimique qui seront embauchés dans les prochaines semaines.