Des parents de Dunham craignent de voir leurs enfants «déracinés»

L’école de la Clé-des-Champs de Dunham déborde. Pour remédier à la situation, la Commission scolaire du Val-des-Cerfs s’apprête à transférer 12 élèves vers l’école St-Léon, une décision qui sème la consternation auprès de plusieurs parents dunhamiens. «Il n’est pas question que ces enfants quittent pour Cowansville», prévient le maire Jean-Guy Demers.

Dans une lettre du 24 mai dernier dont JournalLeGuide.com a obtenu copie, Pascale Dubé, directrice de l’école de la Clé-des-Champs, confirme qu’il y a un surplus d’élèves en première et deuxième année pour l’année scolaire 2012-2013.

Dans la politique de formation des groupes et de transfert d’élèves de la commission scolaire, mentionne-t-elle, la première étape est le volontariat des parents. Par la suite, Val-des-Cerfs doit déterminer les élèves à être transférés.

«La direction de l’école désignera donc les élèves qui seront transférés selon les modalités suivantes: parmi les élèves le plus près à distance de marche de la nouvelle école ou parmi les élèves transportés; puis, si nécessaire, parmi les élèves non transportés demeurant le plus loin de l’école du secteur», explique Mme Dubé.

En cas d’incapacité à déterminer qui seront les élèves transférés, ajoute-t-elle, un tirage au sort sera effectué en présence des parents.

Cette politique ne satisfait pas du tout les parents opposés au transfert d’élèves. Lors de l’assemblée du conseil d’établissement tenue le 30 mai, à l’école, les parents ont exprimé leurs inquiétudes. Certains craignent que les enfants d’une même famille soient ainsi séparés.

«Un tel transfert peut avoir des conséquences néfastes sur le développement des enfants. Ce n’est pas évident, pour ces jeunes, de se refaire un cercle d’amis et de s’habituer à un nouvel environnement», déplore Sandra Malenfant, vice-présidente du conseil d’établissement, qui craint que d’autres transferts soient nécessaires d’année en année. 

Lors de l’assemblée de ce conseil, le maire de Dunham a clairement fait savoir que la municipalité appuiera les parents dans leurs revendications.

«Le sentiment d’appartenance dans un village ou une ville, ça commence à l’école. Ce n’est d’ailleurs pas normal que les parents n’aient pas été informés de la situation auparavant. Mais il n’est pas trop tard. On peut se mobiliser et lancer une fondation, pour un éventuel agrandissement. Notre école bénéficie d’une excellente réputation et c’est normal que les familles de Dunham y soient attachées», a indiqué M. Demers.

Ce dernier est d’avis que pour la prochaine année scolaire, des mesures temporaires peuvent être instaurées afin d’éviter un transfert.

«On peut accommoder l’école en prêtant un local à la bibliothèque, à l’église ou au sous-sol de l’hôtel de ville. Je suis sûr qu’ensemble, nous pouvons trouver une solution», dit-il.

Une mère de famille a vivement partagé son désarroi, lors de la période de questions de la réunion du comité d’établissement,.

«Ce n’est pas normal que la commission scolaire agisse ainsi. Je songe de plus en plus à envoyer mon enfant dans une école privée», a-t-elle lancé.

Le commissaire responsable du secteur de Dunham, Michel Landry, assure qu’il prend en considération les suggestions des parents et du maire Demers.

«Mme Dubé doit appliquer les règles de la commission scolaire. La commission scolaire a déjà fait beaucoup en consentant neuf locaux, alors que dans les faits ce nombre aurait dû être de huit. Mais nous sommes ouverts aux discussions», énonce-t-il.

Jean Perrault, responsable des communications pour la Commission scolaire du Val-des-Cerfs, assure que la commission scolaire agira du mieux qu’elle peut dans ce dossier.

«Autant que possible, nous ne séparerons pas les enfants d’une même famille. Et soyez assurés que l’école St-Léon accueillera très bien les enfants provenant de Dunham», dit-il.

Mme Malenfant a bon espoir que la commission scolaire entendra raison.

«Nous mènerons des représentations afin d’informer les intervenants concernés de nos réalités, ainsi que des impacts qui découlent de transferts ou de modifications de secteurs scolaires. D’ici le conseil des commissaires du 19 juin, où on devrait connaître le verdict de la Commission scolaire, nous faisons circuler une pétition dans plusieurs endroits publics à Dunham», indique-t-elle.

  

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments