Une équipe radiophonique toute sportive pour Jean-Charles Lajoie

Une équipe radiophonique toute sportive pour Jean-Charles Lajoie

Plusieurs des animateurs vedettes de Radio 9 passent à la trappe. Jean-Charles Lajoie conservera toutefois son micro

RADIO. La station montréalaise Radio 9, propriété de RNC Média, prend un tout nouveau virage, d’après une annonce faite un peu plus tôt cette semaine. Dès l’automne, elle diffusera une programmation entièrement sportive. Selon les informations qui circulent, Jean-Charles Lajoie, qui anime l’émission du retour, serait l’un des rares à conserver son micro.

En fin d’après-midi mardi, RNC Média confirmait sur son fil Twitter qu’elle prépare «l’arrivée d’une station consacrée au sport», délaissant la radio parlée qu’elle était devenue au cours de la dernière année.

Le changement de cap crée des sentiments partagés chez Jean-Charles Lajoie, qui pilote l’émission du retour Du sport et rien d’autre en semaine entre 15h et 19h. «C’est une décision corporative que j’attendais depuis longtemps et que j’estimais être la plus plausible, compte tenu du contexte actuel. Mais je ne peux pas la célébrer comme je voudrais», raconte l’animateur, qui s’entoure d’une trentaine de collaborateurs quotidiens ou épisodiques.  

Le virage tout sportif emprunté par le 91,9 FM aura emporté la plupart des animateurs vedettes de la station. Les annonces faites toucheraient notamment les Louis Lemieux et Josélito Michaud, ainsi que l’animatrice Caroline Proulx.         

«Pour l’instant, les émotions se mélangent. Il y a la tristesse pour les collègues qui perdent leur emploi, eux qui ont mis tout leur cœur dans cette aventure et qui auraient mérité un meilleur sort. Je suis par contre heureux qu’une station francophone entièrement dédiée aux sports réapparaisse à Montréal», affirme-t-il, en faisant référence aux belles années de CKAC Sports, au 730 AM.

En VR

Le printemps dernier, l’animateur a pris la route en VR pendant le parcours en séries de la Sainte-Flanelle. Cette escapade, sans l’éloigner des ondes, lui a permis de produire une centaine de capsules vidéo largement diffusées sur le web et les médias sociaux. Est-ce que cette aventure aura contribué à façonner le changement récemment annoncé? «Je ne suis pas dans le secret des dieux, mais j’ose espérer que oui. Nos capsules ont récolté beaucoup de clics et ont fait découvrir à beaucoup de gens notre existence à l’antenne. C’est révélateur d’une nouvelle tendance et ça nous indique que le web peut être un véhicule important pour une antenne radio qui émet un peu plus faiblement que la moyenne à Montréal.»    

Poster un Commentaire

avatar