L’Allemagne fournira des chars Leopard 2 à l’Ukraine et approuvera des demandes semblables

The Associated Press
L’Allemagne fournira des chars Leopard 2 à l’Ukraine et approuvera des demandes semblables

KYIV — Après des semaines d’hésitation, le chancelier de l’Allemagne, Olaf Scholz, a annoncé mercredi que son gouvernement fournirait à l’Ukraine des chars de combat Leopard 2 et approuverait les demandes d’autres pays à faire de même.

Le gouvernement allemand fournira initialement à l’Ukraine une flotte comprenant 14 véhicules, à partir de ses propres stocks. L’objectif est que l’Allemagne et ses alliés fournissent à l’Ukraine un total de deux bataillons, soit 88 chars.

Le chancelier Scholz a déclaré que l’Allemagne agissait en étroite coordination avec ses alliés.

La décision de Berlin est intervenue après que des responsables américains aient déclaré qu’un accord préliminaire avait été conclu pour que les États-Unis envoient des chars M1 Abrams pour aider l’Ukraine à repousser les forces militaires russes retranchées à l’est du pays, près d’un an depuis le début de l’invasion. En obligeant les États-Unis à engager certains de ses propres chars, l’Allemagne espère écarter le risque d’une réaction violente de la part de la Russie.

Mais un porte-parole du gouvernement russe, Dmitri Peskov, a décrit les intentions allemandes et américaines avec les chars comme étant un plan plutôt désastreux. Il a prédit que ces chars brûleront comme tous les autres, sauf qu’ils coûtent très cher et que cela retombera sur les épaules des contribuables européens.

Plus tôt cette semaine, la Pologne a officiellement demandé à l’Allemagne d’approuver l’envoi de chars Leopard 2 des stocks polonais vers l’Ukraine. D’autres nations européennes ont également indiqué leur volonté de se séparer de leurs propres chars de combat dans le cadre d’une coalition plus large.

Sur le terrain, les forces ukrainiennes ont mené une retraite organisée depuis une ville de la région orientale du Donbass, a annoncé mercredi un responsable, ce qui représente un triomphe rare, mais modeste, sur le champ de bataille pour le Kremlin après une série de revers.

L’armée ukrainienne s’est retirée de la ville minière de Soledar pour «préserver la vie du personnel», a déclaré Serhii Cherevatyi, le porte-parole des forces ukrainiennes dans l’est, à l’Associated Press.

Les soldats se sont repliés vers des positions défensives préalablement préparées, a-t-il dit.

Moscou a décrit la bataille de Soledar, qui se trouve près de la ville de Bakhmout, comme la clé pour capturer tout le Donbass.

Cet exploit rapproche les forces russes de Bakhmout, mais les analystes militaires affirment que la capture de Soledar est plus symbolique que stratégique.

L’armée ukrainienne, qui a résisté à Soledar contre un assaut d’un mois de forces russes supérieures, a assuré que sa défense féroce du bastion oriental avait aidé à immobiliser les forces russes.

La Russie a affirmé il y a près de deux semaines qu’elle avait pris Soledar, ce que nie  l’Ukraine.

De nombreuses troupes russes autour de Soledar appartiennent à l’entrepreneur militaire russe privé Wagner Group, et les combats auraient été sanglants.

Prendre le contrôle de la ville permettrait potentiellement aux forces russes de couper les lignes d’approvisionnement des forces ukrainiennes à Bakhmout, bien que la force des nouvelles positions défensives de l’Ukraine ne soit pas connue.

L’Institut pour l’étude de la guerre, un groupe de réflexion à Washington, a estimé plus tôt ce mois-ci que la chute de Soledar ne marquerait pas «un développement significatif sur le plan opérationnel et qu’il est peu probable qu’il présage un encerclement russe imminent de Bakhmout».

L’institut a ajouté que les opérations d’information russes ont «exagéré l’importance de Soledar», qui est une petite ville. Il a également fait valoir que la bataille longue et difficile a contribué à l’épuisement des forces russes.

Ailleurs, les forces russes ont continué à frapper les zones ukrainiennes, en particulier dans le sud et l’est.

Des frappes russes ont blessé mardi dix civils dans la province orientale de Donetsk, a déclaré Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la province.

Cinq personnes ont été blessées lorsque des obus russes ont percuté des immeubles, a-t-il expliqué.

L’état-major général des forces armées ukrainiennes a déclaré mercredi qu’au cours des dernières 24 heures, les forces russes avaient lancé quatre frappes de missiles, 26 frappes aériennes et plus de 100 attaques à partir de systèmes de salve de roquettes.

Les forces russes concentrent leurs efforts sur l’établissement du contrôle de la province de Donetsk, menant des opérations offensives autour des villes assiégées de Bakhmout, Lyman et Avdiivka, et du village de Novopavlivka, selon le porte-parole Oleksandr Shtupun.

En plus de Donetsk, les attaques russes ont frappé des municipalités dans les provinces du nord-est de Kharkiv et de Soumy, du nord de Tchernihiv, de l’extrême est de Lougansk, du sud-est de Zaporijjia et du sud des provinces de Kherson.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments