Pierre Paradis demande à la commissaire à l’éthique qu’elle se rétracte

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Pierre Paradis demande à la commissaire à l’éthique qu’elle se rétracte
Le député Pierre Paradis. (Photo : Journal Le Guide-Archives)

POLITIQUE. Gracié par les députés de l’Assemblée nationale, jeudi après avoir été sévèrement blâmé dans un rapport de la commissaire à l’éthique et à la déontologie, le député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis, somme cette dernière de se rétracter, jugeant qu’elle lui a causé un tort réputationnel.

Quelques heures après la tenue du vote qui s’est soldé par le rejet de son rapport, la commissaire Ariane Mignolet a réagi par voie de communiqué. Dans le document, elle s’est dite préoccupée notamment que Jean-Marc Fournier, le leader parlementaire du gouvernement, ait demandé l’avis juridique d’un tiers, considérant que cette démarche porte atteinte à l’institution.

La commissaire, Me Ariane Mignolet, a également rappelé que le législateur a adopté unanimement la loi par laquelle il confie à une personne indépendante et impartiale la seule compétence pour interpréter ses dispositions dans le cadre d’une enquête. Elle a également rappelé avoir été nommée aux deux tiers des membres de l’Assemblée nationale.

Pierre Paradis, de son côté, déplore que Me Mignolet ait réagi à l’issue du vote s’inscrivant «en faux contre la décision de l’Assemblée nationale et le processus prévu au Code d’éthique qu’elle est chargée d’appliquer. En formulant des commentaires publics et largement diffusés, elle a à nouveau ciblé M. Paradis par des propos lapidaires concluant à des manquements significatifs, allant à l’encontre du vote de l’Assemblée nationale pris conformément à la loi qu’elle est chargée d’appliquer», écrit, dans un communiqué de presse, Pierre Paradis. Il regrette également qu’elle ait confirmé aux médias la tenue d’une enquête à son sujet avant qu’il n’ait eu la possibilité de présenter une défense et qu’un rapport soit déposé.

Pierre Paradis considère que les propos tenus par Ariane Mignolet vont à l’encontre du Code d’éthique et de l’Assemblée nationale. De plus, il croit qu’elle a contrevenu à son devoir de réserve à la suite de la décision des parlementaires de rejeter le rapport.

Ainsi, Pierre Paradis somme donc la commissaire qu’elle «rétracte tout propos de nature à sanctionner M. Paradis et lui causer un tort réputationnel.»

À lire aussi :

Pierre Paradis n’aura pas à payer l’amende de 25 000 $

Blâme de la commissaire à l’éthique : les libéraux appuient Pierre Paradis

Blâme de la commissaire à l’éthique : Pierre Paradis présentera une défense

Pierre Paradis puni pour avoir favorisé sa fille et son gendre

 

 

 

Partager cet article