Cyclisme: se donner une bonne dose de confiance en lançant la saison devant les siens

Frédéric Daigle, La Presse Canadienne
Cyclisme: se donner une bonne dose de confiance en lançant la saison devant les siens

Quand les Canadiens sauteront sur la piste du Centre national de cyclisme Mattamy de Milton, en Ontario, à compter de jeudi pour la deuxième Coupe des Nations de la saison, ils emmagasineront une bonne dose de confiance en route vers les Championnats du monde d’octobre.

«J’adore courser à la maison, il n’y a pas une meilleure sensation que de lever les yeux et de voir tous ces visages familiers qui vous encouragent, a assuré Kelsey Mitchell, médaillée d’or du sprint aux Jeux olympiques de Tokyo. Nous aurons aussi l’avantage du terrain: cette piste, nous nous entraînons dessus chaque jour. Nous sommes prêts à accueillir les meilleurs cyclistes au monde et à leur montrer de quel bois nous nous chauffons. Le Canada a démontré un bel engouement pour le cyclisme sur piste à Tokyo; souhaitons qu’il ne s’estompe pas d’ici Paris 2024.»

«Ça fait tellement une différence sous plusieurs aspects, a pour sa part indiqué Lauriane Genest, médaillée de bronze olympique du keirin. Quand on a su qu’il y aurait une manche à Milton, nous étions contents et excités. La majeure partie des compétitions sont en Europe, alors le déplacement et le décalage horaire ajoutent un effet de fatigue. Ici, on est à 10 ou 15 minutes de se retrouver dans nos affaires à la maison. C’est un avantage.

«De pouvoir courir devant les partisans canadiens, tu en donnes un petit peu plus, je pense. Pour ça aussi, ça sera une compétition spéciale. J’ai une amie qui a un petit bébé de 7 mois qui a pris la route (mercredi) matin. La famille prend l’avion demain. Tu le sens cet appui. De ta famille, mais aussi de tous les partisans dans les estrades qui te considèrent comme l’un des leurs.»

Genest et Mitchell, qui a aussi remporté le sprint lors de la première Coupe des Nations, à Glasgow, en Écosse, le mois dernier, feront de nouveau équipe avec Sarah Orban au sprint par équipe, jeudi. Elles tenteront de monter sur le podium pour une deuxième compétition consécutive, elles qui avaient remporté l’argent en Écosse. Les deux femmes seront aussi du spectaculaire keirin, dimanche.

Nouveau cycle

Deuxième compétition de la saison, la Coupe des Nations de Milton sera la première pour plusieurs membres de l’imposante délégation canadienne composée de 30 cyclistes.

«Pour ma part, ce sera même ma première course sur piste depuis les Jeux olympiques de Tokyo, avec une nouvelle équipe en poursuite, a indiqué Ariane Bonhomme, quatrième de cette discipline aux derniers JO. C’est le ‘fun’ de rebâtir quelque chose de nouveau en vue des prochains Jeux.»

C’est d’ailleurs une année de renouveau au sein de la délégation canadienne. Bonhomme, plus jeune de son équipe de poursuite à Tokyo, est maintenant la plus expérimentée, à 27 ans, d’une nouvelle équipe qui devrait se battre pour une place aux Jeux de Paris, en 2024.

«J’ai beaucoup d’influence sur les filles, je peux vraiment utiliser mon expérience pour les aider, alors qu’avant, à titre de plus jeune de l’équipe, c’était un peu le contraire, a expliqué Bonhomme, dont l’équipe a terminé au pied du podium à Tokyo. D’avoir une influence positive sur mon équipe, c’est vraiment le ‘fun’. Je veux les aider à progresser le plus rapidement possible, car on veut avoir une équipe la plus compétitive possible le plus rapidement possible.»

Ce nouveau cycle olympique — court de trois années seulement — permettra à l’équipe canadienne de se renouveler sur plusieurs plans, et même d’accueillir des athlètes qui ne pratiquaient pas le vélo en route vers Tokyo, comme Caileigh Filmer, médaillée de bronze des derniers JO en deux de pointe, en compagnie d’Hillary Janssens.

«Je savais en allant à Tokyo que j’allais passer au cyclisme ensuite, a noté la jeune Britanno-Colombienne de 25 ans, qui participera à la poursuite par équipe. Le cyclisme est entré dans ma vie pendant la pandémie, un peu par nécessité pour garder la forme quand nous n’avions plus accès aux bateaux. J’ai découvert une nouvelle façon de m’entraîner, qui m’a permis de ne rien perdre au niveau de ma forme.»

Les compétitions se mettront en branle jeudi avec les poursuites et les sprints par équipe, autant chez les hommes que chez les dames. Vendredi, les femmes disputeront le sprint, la poursuite individuelle et le scratch, tandis que les hommes s’affronteront au kilomètre contre-la-montre, ainsi qu’au scratch 7,5 km. Samedi, l’omnium et le 500 m contre-la-montre seront au programme des dames, alors que les messieurs seront soumis au Madison et au keirin. Les compétitions se concluront dimanche par le keirin et le Madison chez les femmes, et par le sprint et l’omnium chez les hommes.

Les points amassés lors de la Coupe des Nations cette saison servent de qualifications en vue des Championnats du monde, qui auront lieu à St-Quentin-en-Yvelines, en France, en octobre.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments