Une écurie de Cowansville remporte le titre de champions canadiens de rallye

Une écurie de Cowansville remporte le titre de champions canadiens de rallye

Le pilote Karel Carré et le copilote Samuel Joyal ont remporté le titre de champions canadiens sous la bannière de l’écurie cowansvilloise, TEST Racing.

Crédit photo : Gracieuseté - Gabrièle Roy/TEST Racing

RALLYE. L’écurie TEST Racing, basée à Cowansville, a réussi à confirmer les titres de champion et de vice-champion canadien du Championnat des rallyes canadiens. Le pilote lavallois, Karel Carré, accompagné de son copilote cowansvillois, Samuel Joyal, n’ont eu besoin que de six courses pour être couronnés champions.

«C’est assez fou, on ne le réalise pas trop encore, a déclaré Samuel Joyal. On a bien commencé l’année avec une victoire. L’équipe était parfaite et a fait toute une job

«C’est un rêve de petit gars d’avoir gagné le championnat canadien, a affirmé de son côté le fondateur et préparateur de TEST Racing de 34 ans, Mathieu Dubé. D’avoir réalisé ça, pour l’équipe, pour tout le monde, c’était fou. On l’espérait, mais disons que les chances étaient minces, on n’a pas le budget des autres équipes. On a plus de vouloir que bien du monde par exemple et ça, ça nous aide!»

Sur le circuit du championnat canadien, sept courses sont organisées un peu partout à travers le pays. Dès le début de la saison, lors du Rallye Perce-Neige à Maniwaki, au début du mois de février, la Subaru de Karel Carré et Samuel Joyal a montré de quel bois elle se chauffait, arrivant première.

Si l’équipe n’a pas participé à la deuxième course, qui se tenait à Invermere, en Colombie-Britannique, elle est parvenue à monter sur la deuxième marche du podium à New Richmond, en Gaspésie, du Rallye Baie-des-Chaleurs, à la fin juin. Le duo Carré-Joyal a également récolté une deuxième position lors du Rallye Defi, à Montpellier, en Outaouais.

L’équipe de TEST Racing a ensuite réussi un tour de force en remportant successivement le Pacific Forest Rally, à Merritt en Colombie-Britannique, et le Lincoln Electric Rally of the Tall Pines, à Bancroft en Ontario, pour officialiser sa consécration à titre de championne canadienne.

«Mon rôle, c’est de regarder tout le monde, les étapes, pour faire un suivi, a expliqué M. Dubé. La raison de notre succès, c’est ça, c’est la vérification et le suivi. C’est vraiment un travail d’équipe.»

Karel Carré, 26 ans, et Samuel Joyal, 21 ans, sont le plus jeune duo à remporter le championnat canadien de rallye depuis 1991, quand les frères Frank et Dan Sprongl ont également mis la main sur le titre.

Une histoire de famille

Le copilote Samuel Joyal est le neveu du propriétaire, Mathieu Dubé. Le père de Mathieu, Philippe Dubé, est lui-même actif sur la scène des rallyes. Le père de Samuel, Yvan Joyal, a également piloté avec le père de Karel Carré, Bruno.

Il va sans dire que le rallye coule dans le sang des pilotes et des membres de l’équipe TEST Racing.

«De finir la saison au Rallye Tall Pines, mon père l’a déjà fait et a fini deuxième, on a gagné devant mon père et on a gagné le championnat, a relaté le copilote de 21 ans, Samuel Joyal. C’est dur à expliquer ce qu’on peut ressentir à ce moment-là.»

«J’ai tout le temps baigné dans le domaine de la course automobile, mais c’est vraiment à l’âge de 15 ou 16 ans que j’ai eu la piqûre, a raconté Mathieu Dubé, qui réside à Cowansville. J’ai commencé TEST Racing à 16 ans. Ça s’appelle comme ça parce que mon père avait des collants et j’ai coupé des lettres, ça faisait TEST Racing.»

Vice-champion

TEST Racing a également réussi à récolter le titre de vice-champion lorsque la voiture pilotée par Simon Vincent a officialisé son deuxième rang au classement général.

«Les deux qui se sont battus jusqu’à la toute fin pour le Championnat canadien, c’était deux équipes de TEST Racing, a affirmé Mathieu Dubé. Ça faisait en sorte que l’atmosphère en dessous de la tente était spéciale. C’est un peu les nouvelles vedettes du rallye pour ceux qui suivent le championnat canadien. Les gens les attendaient. Nos deux grosses voitures qui se battaient pour le championnat canadien, c’était deux coureurs de deuxième génération.»