Une campagne d’appui lancée pour maintenir le travail de proximité dans Brome-Missisquoi

Une campagne d’appui lancée pour maintenir le travail de proximité dans Brome-Missisquoi

Depuis ses débuts, près de 600 familles ont été aidées par les travailleuses de proximité dans Brome-Missisquoi.

Crédit photo : Deposit Photos

COMMUNAUTAIRE. La fin prochaine du financement du programme Avenir d’enfants, un partenariat entre le ministère de la Famille et la fondation Lucie et André Chagnon, met en danger le travail de proximité réalisé auprès des familles de la région depuis 2010. Une campagne d’appui a été lancée afin d’assurer la pérennité de ce service méconnu, mais qui a permis d’aider près de 600 familles de Brome-Missisquoi depuis ses débuts.

Le travail de proximité auprès des familles existe depuis 2010 à Cowansville. Et il s’est ensuite déployé à Farnham, Bedford, Lac-Brome et Sutton. Ces interventions sont financées par Avenir d’enfants, via le regroupement local de partenaires, dont la Table périnatalité, enfance, famille de Brome-Missisquoi et le Centre d’action locale (CAL) de Brome-Missisquoi. Or, cette aide financière se terminera en juin 2019. Afin de poursuivre les efforts déployés sur le terrain, les organismes ont récemment lancé une campagne d’appui dans la région.

«On se mobilise pour faire rayonner ce qu’on a fait. La première étape, c’est d’avoir des appuis, parce qu’on se doute qu’il y ait un autre financement qui s’en vient. Si c’est le cas, on veut être prêts et avoir nos appuis», explique Sylvie Auclair, coordonnatrice du CAL de Brome-Missisquoi.

Depuis le lancement de la campagne d’appui, la mobilisation est au rendez-vous. «Les gens voient le “plus value” du travail de proximité dans Brome-Missisquoi. On a l’appui de notre milieu», ajoute Mme Auclair.

Depuis 2010, 565 familles ont été aidées par les travailleuses de proximité. De ce nombre, 96,7 % des familles étaient à faible revenu et 25 % vivaient en HLM.

202 500 $

Les organismes porteurs du travail de proximité, soit la Maison de la famille des Frontières (Bedford), la Cellule Jeunes et Familles de Brome-Missisquoi (Cowansville), Les Champignoles (Farnham), Avante Women Centre (Lac-Brome) et le Centre d’action bénévole de Sutton (Sutton) ont évalué que le maintien du déploiement du travail de proximité pour les familles dans Brome-Missisquoi coûterait 202 500 $ par année. Outre, les salaires des travailleuses et les charges sociales, cette somme comprend les besoins en télécommunication, les frais de bureau, les activités, les déplacements, la publicité, la formation et l’encadrement.

«C’est une évaluation que l’on a faite selon les besoins. On espère une source de financement récurrente pour assurer ces postes-là […] parce que les organismes communautaires ne sont pas capables d’assumer cette somme à même leur budget.

Marilyne Bernatchez-Girard et Mélanie Tétreault, deux travailleuses de proximité oeuvrant dans Brome-Missisquoi, trouveraient dommage que la population soit coupée de ses services de proximité. «On veut que ça reste. On offre de l’aide gratuite, un service personnalisé et sans liste d’attente. Ça me rend très triste», indique Marilyne Bernatchez-Girard. «Si on perd notre “job”, ça va faire plus de peine aux gens qu’à nous», illustre Mélanie Tétreault.