Il y a 20 ans, la crise du verglas: «Une expérience hors du commun», se remémore Gilles Deschamps

Il y a 20 ans, la crise du verglas: «Une expérience hors du commun», se remémore Gilles Deschamps

Sur le plan professionnel, la crise du verglas aura constitué une expérience enrichissante pour le directeur du service de sécurité incendie de Cowansville, Gilles Deschamps.

Crédit photo : TC Media archives/Nicolas Racine

PRÉVENTION. Le directeur du Service de sécurité incendie de Cowansville, Gilles Deschamps, a spontanément accepté de revenir sur la catastrophe ayant marqué l’histoire québécoise il y a maintenant deux décennies.   

Sur le plan professionnel, un tel déploiement aura constitué une expérience enrichissante pour le directeur, qui en était alors à ses débuts comme officier. Sur les 21 jours de crise, pas moins de 400 appels pour des incendies ont été logés à la caserne. «D’avoir à gérer une telle situation, c’est exceptionnel. Nous avons appris énormément. Si ça se reproduit, on ne repart pas à zéro.»

Relativement épargnées par les précipitations verglaçantes, les localités de Cowansville et des environs ont cependant dû vivre avec une interruption de courant s’étendant sur 21 jours. Pour le service de sécurité incendie de Cowansville, c’était l’occasion de mettre à exécution pour une première fois le plan d’urgence, au lendemain d’un point de presse levant le voile sur l’ampleur des événements, tenu par le premier ministre d’alors, Lucien Bouchard.

À travers le brouhaha des mesures d’urgence, il fallait veiller à ce que les pompiers, impliqués dans les interventions à toute heure du jour et de la nuit, ne manquent de rien, surtout pas de chauffage. C’est dans cet ordre d’idée que certains ont dû être temporairement déplacés. «En s’occupant de notre personnel à la base, on s’assurait de son efficacité sur le terrain», soutient M. Deschamps.

N’empêche que chez certains, ces moments de crise peuvent être le théâtre de beaux gestes et d’élans de générosité, tandis que pour d’autres, ils ouvrent la porte à des comportements discutables. «Nous en avons également découvert beaucoup sur la nature humaine, notamment dans les sites d’hébergement. C’était comme une petite ville […] Nous avons assisté à toute sorte de choses, des deux côtés de la médaille. La plupart des gens s’entraidaient, mais beaucoup de méfaits ont été commis.»